Yonex Belgian Junior 2015

Résultats des francophones au Yonex Belgian Junior 2015 du 18 au 20 septembre 2015

Cette 11ème édition, organisée avec le soutien de la ville d’Herstal et la Province de Liège, du SPW – Infrasport, de l’Adeps et du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a rassemblé plus d’une centaine de joueurs et joueuses venant principalement des quatre coins de l’Europe avec, notamment, plus d’une dizaine de participants au sein des délégations allemande, anglaise, hollandaise et turque.

Notons en simple messieurs les bonnes performances du jeune francophone Guillaume Bonnet qui passe deux tours avant de s’incliner en trois sets serrés face au joueur allemand, Gerberich.

En simple dame la jeune francophone Clara Lassaux est la seule joueuse belge à passer le premier tour ; elle s’incline au second match, face à la Slovène Nika Arih, 18/21 – 18/21.

En double messieurs, les francophones Guillaume Bonnet et Alexandre Lallemand, créent la surprise en accédant aux demi- finales. Dans les phases éliminatoires ils prennent le meilleur sur une paire turque en deux sets, puis portugaise, sur un score très serré (22/20 – 18/21 – 21/17). En demi-finale, le niveau montre encore d’un cran et nos joueurs subissent logiquement la loi de la paire anglaise Flyn et Russ, 9/21 – 13/21.

Le comité organisateur du Yonex Belgian Junior remercie tout particulièrement la Ville de Herstal et les membres du personnel de La Préalle pour leur disponibilité et leur gentillesse, durant les trois journées de compétions.

Un grand merci aussi, aux arbitres, juges-arbitres et à tous les bénévoles, qui ont participé, sans compter, à la réussite de cet évènement majeur du badminton francophone ; nous ne les citerons pas de peur d’en oublier, mais ils se reconnaîtront. Pour plus d’information consultez  le site internet : http://www.lfbb.net

jeunbelgianjunior2015 2 jeunbelgianjunior20151

Formation des entraineurs niveau 1 de la BWF des pays Francophones de la Confédération Africaine de Badminton à Yaoundé

La Fédération Camerounaise de Badminon (Fecabad)  abrite trois stages de la BWF (Badminton World Federation) à l’Institut National de la Jeunesse et des Sports  de Yaoundé du 22 septembre au 05 octobre 2015. Les stages « entraîneurs niveau I BWF », « tuteurs shuttle time BWF » et « enseignants Shuttle Time BWF » seront animés et supervisés par l’expert de la BWF, M. Annirao Dajee.

Voici le programme des stages.
1- stage des entraîneurs niveau I BWF du 22 au 29 sept de 09h à 17h00.
2- stage des tuteurs Shuttle Time BWF du 01 au 03 oct à partir de 8h.
3- stage des enseignants Shuttle Time badminton à l’école du 04 au 05 octobre 2015.

La cérémonie officielle d’ouverture des stages a été faite au Ministère des Sports et de l’Education Physique du Cameroun en présence de Mme la conseillère technique du Ministère des sports. Pour cette occasion, la BWF a fait un don de matériel pour le développement du badminton en milieu scolaire à la Fédération Camerounaise de Badminton.

[metaslider id=409]

Le badminton francophone présent à Brazzaville aux 11ème Jeux Africains de 2015

Les 11ème Jeux Africains ont pris fin le 19 septembre 2015.  Le tournoi de badminton a eu lieu du 2 au 9 septembre 2015 au Gymnase Etienne Monga du lycée de la Révolution à Ouenzé. Les treize pays engagés dans ce tournoi  étaient répartis dans quatre poules dont trois de trois équipes et une de quatre. Les séries de rencontre permettaient d’avoir des champions africains sur les différentes disciplines : Simples Dames, Simple Hommes, Double Dames, Double Hommes et Double Mixte. Ce championnat en individuel et par équipes a eu lieu selon les normes de la BWF.

Au classement général, six pays francophones membres de l’Association Francophone de Badminton (AFB) étaient engagés dans cette compétition. Sur les 13 pays  participants, l’lle Maurice a fini 2ème, les Seychelles 3ème, l’Egypte  5ème, l’Algérie 8ème, la République du Congo 10ème et la République Démocratique du Congo  13ème

La congolaise Aïsse Soukouna (en blanc) face à la Mauricienne Kate Foo Kune.
La congolaise Aïsse Soukouna (en blanc) face à la Mauricienne Kate Foo Kune.

Partenariat entre la Fédération ivoirienne de badminton et l’Office ivoirien des sports scolaires et universitaires

Pour disposer d’un appui conséquent dans la volonté de positionner la discipline au volant dans les écoles de la Côte d’Ivoire, le président de la Fédération Ivoirienne de Badminton (FIBAD), Honoré ZOLOBE, a échangé le 15 septembre 2015 avec le Directeur de l’Office Ivoirien des Sports, Scolaires et Universitaires (OISSU). La rencontre, qui a eu lieu dans les bureaux du Directeur KONE Mamadou Souleymane, au 5ème étage de la Tour B de la Cité administrative au Plateau, a été très fructueuse.  Le patron des sports scolaires et universitaires de la Côte d’ivoire, après avoir apprécié la démarche, a promis accompagner les responsables de la FIBAD, dans cette noble vision. Puisque l’émergence à l’horizon 2020 prôné par les dirigeants du pays, passant nécessairement par la conciliation sport-études.

L’OISSU se fera le plaisir d’accompagner le comité directeur de la FIBAD dans ce qu’il a déjà agréablement entrepris en touchant le maximum d’établissement scolaire sur toute l’étendue du territoire ivoirien.

Vous retrouverez toutes les informations du Badminton en Ivoirien sur le site de la Fédération Ivoirienne de Badminton : http://www.fibad-ci.org/

 

Visite d’Olivier Bime en Côte d’Ivoire

Visite de l’expert international Français en charge du Badminton au sein de l’AFB

Monsieur Olivier Bime, l’expert international Français en charge du Badminton au sein de l’AFB (Association Francophone de Badminton) a rendu une visite surprise à l’équipe ivoirienne de badminton en préparation. Les bras chargés de l’expert en équipements de badminton ont arraché des tonnerres d’applaudissements. Merci au Président de la Fédération Française de Badminton, Monsieur Richard Remaud, sur qui beaucoup d’espoirs sont portés pour le développement du Badminton francophone.

Entretien avec Essofa Sakibou ALEGBEH

Essofa Sakibou Alegbeh est Président de la Fédération Togolaise de Badminton (FETOBAD).

Question : Comment est née votre passion pour ce sport ?

Réponse : J’ai été, disons, chanceux d’être parmi les tous premiers togolais à voir la genèse du badminton au Togo. Et étant donné que je fus le tout premier « entraîneur » (entre griffe) à initier les autres à sa pratique, je me suis donc très tôt attaché à cette discipline quand même j’étais un volleyeur !

Qu’est-ce qui vous a amené à devenir Président de la Fédération Togolaise de Badminton ?

Ma passion pour cette discipline et la vision que je me suis faite de son évolution dans mon pays et dans la sous-région.

Quel est l’état actuel du badminton togolais ?

Le badminton togolais se porte bien. C’est vrai que les moyens manquent pour faire participer les athlètes aux différentes compétitions, mais le niveau en soi sur le plan national augmente.

Combien avez-vous de clubs et de pratiquants ?

Nous avons 12 clubs reconnus par la FETOBAD et une dizaine en gestation qui attendent leur reconnaissance. Au total nous pourrons estimer le nombre de pratiquants à plus de 1000 personnes. Je précise qu’ils ne le pratiquent pas tous dans le cadre compétitif.

À quelle place se situe le badminton togolais en Afrique ?

Très loin derrière les autres nations certes, mais je suis fier du badminton actuel au Togo. L’essentiel n’est pas de se comparer aux autres nations mais de voir l’évolution et les progrès constants qui peuvent résulter de nos sacrifices divers. Très bientôt, si l’occasion est donnée à mes athlètes de s’exprimer, ils se feront entendre.

Comment se situe le badminton par rapport aux autres sports au Togo ?

Par rapport aux autres sports, hormis le football qui supplante les autres disciplines, le badminton togolais peut se venter de compter parmi les sports appréciés par la population togolaise.

Quelles sont les difficultés que vous pouvez rencontrer ?

Cela ne manque jamais. Ces difficultés sont de trois ordres : il y a dans un premier temps, les problèmes financiers, suivi de celui du matériel et en dernier lieu les infrastructures.

Quels sont vos projets pour le développer ?

Atteindre les 10 000 pratiquants d’ici 5 ans. Aller vers le badminton militaire dans les garnisons et les camps et intégrer le badminton dans les APS enseigné dans les écoles.

Comment voyez-vous l’avenir de ce sport dans votre pays et plus largement en Afrique ?

Au Togo, je crois au bon devenir du badminton, avec la nouvelle génération de pratiquants et les nombreux techniciens formés dans le cadre du Shuttle Time, je crois que le badminton prendra définitivement son envol. Nous avons le droit de rêver pour un meilleur devenir du badminton dans nos pays africains. Il suffit d’intensifier les relations de proximité et de nous serrer les coudes.

Comment percevez-vous la création de l’Association Francophone de Badminton ?

Je crois qu’il est temps. L’association francophone de badminton viendra combler un vide et sera un socle sur lequel les pays africains francophones émergents pourront s’affirmer. Les pays francophones d’Afrique sont très en retard en badminton et nous avons hâte de voir les bienfaits de cette association.

La Semaine Multi-activité aura lieu au Cameroun au mois d’août, le Togo sera représentée ?

Difficile à dire. C’était notre souhait, mais les moyens financiers pour déplacer les athlètes nous font défaut.

Et quel est votre impression de cette activité ?

Très belle initiative à encourager et à pérenniser.

Quels messages vous pouvez livrer à l’endroit des fédérations qui hésitent encore à s’inscrire ?

Je crois que les fédérations n’hésitent pas à s’inscrire, mais plutôt qu’elles manquent de moyens. Il sera vraiment surtout pour nos pays émergents de douter de l’impact positif qu’aura cette activité sur nos athlètes ainsi que pour les relations entre les pays et fédérations.

 

Nous vous remercions M. Alegbeh pour votre disponibilité ! 

Jeux Africains 2015 en République du Congo

logo jeux africainsLes 11ème Jeux Africains se dérouleront à Brazzaville en République du Congo du 4 au 19 septembre 2015.
Plus de 15 000 athlètes, officiels et journalistes de 54 pays sont attendus à l’occasion de cet événement.
22 disciplines sportives ont été retenues pour cet événement sportif continental. Il est prévu également des activités scientifiques, culturelles et des camps de jeunes, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de ces Jeux. En effet, la première édition des Jeux Africains eu lieu en 1965 à Brazzaville.

Le Badminton sera l’une des disciplines représentées.
Plusieurs pays francophones se préparent pour la compétition comme la République Démocratique du Congo (ci-dessous).

(L'entraineur Didier Sikila et les athlètes Tony Tshizanga et Nathan Okito lors d'une séance d'entrainement à Kinshasa)
(L’entraineur Didier Sikila et les athlètes Tony Tshizanga et Nathan Okito lors d’une séance d’entrainement à Kinshasa)

L’AFB les encourage ainsi que tous les participants francophones.
Retrouvez plus d’informations sur la page Facebook de l’événement ici.