4 questions à Actualités

4 questions à Moussa OUEDRAOGO

Quel a été votre parcours dans le badminton ?

Au Burkina Faso, le Badminton a été officiellement constitué en fédération en 2014 par un groupe de sportifs qui le pratiquait comme un sport de maintien et de distraction. Donc dans la fédération nous n’avons pas de parcours en tant que tel. Mon parcours dans le badminton se résume à une pratique de maintien et ludique.

Dans quoi êtes-vous impliqués actuellement ?

Je suis actuellement le trésorier adjoint de la Fédération Burkinabè de Badminton (FBBAD).

Selon vous, comment se positionne le badminton par rapport aux autres sports en Afrique et plus précisément au Burkina Faso ?

L’Afrique a une population majoritairement jeune, ce qui fait d’elle un vivier du sport en général et du badminton en particulier. Mais force est de constater que les moyens techniques, matériels et financiers font défauts. Au Burkina, nous n’avons aucun entraîneur de niveau 1 africain, ni mondial. Le coaching se fait sur la base des vidéos téléchargées sur le site de la BWF et en plus du vécu en tant que professeur d’EPS.

Le badminton en Afrique est dans sa phase de vulgarisation et de promotion. Il est méconnu de la population africaine notamment celle de l’Afrique Occidentale. Au Burkina, l’équipe dirigeante n’est qu’à la fin de son premier mandat dont le renouvellement est prévu cette année 2020. En résumé , elle cherche à s’implanter dans l’univers du sport burkinabé.

Selon vous, que représente les valeurs de la francophonie dans le badminton ?

La francophonie est un cadre d’intégration des peuples par le langage et la culture. Le sport en général et le Badminton en particulier est un levier essentiel pour la mise en oeuvre de cette intégration. Ainsi la Francobad pourra être un excellent outil pour le rayonnement de la francophonie dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.