4 questions à Actualités

4 questions à Sylvie PLUMAIN (Guadeloupe)

Sylvie PLUMAIN est la présidente de la Ligue de Guadeloupe de Badminton.
 
1)  Pouvez-vous rapidement vous présenter, quel a été votre parcours dans le badminton ? 
 
J’ai découvert le badminton assez tardivement, après mes 40 ans, pour une pratique purement individuelle étant déjà très investie parallèlement dans la vie associative ou citoyenne en dehors du sport; le départ de dirigeants fragilisant l’avenir de mon club, il m’a semblé naturel de m’engager dans la nouvelle équipe de dirigeants; par ailleurs, notre école de badminton se retrouvant sans entraîneur, je ne pouvais abandonner nos jeunes passionnés: j’ai donc repris l’école d’abord à l’aide de mes propres connaissances puis en bénéficiant d’une formation de la Fédération Française. L’encadrement des jeunes est vraiment le cœur de mon épanouissement ce qui ne m’empêche pas également de poursuivre ma pratique en compétition.
 
Cette envie de me mettre au service de cette discipline m’a poussée en Octobre dernier à présenter ma candidature à la présidence de la ligue de Guadeloupe.
 
2) Dans quel projet êtes-vous impliqués actuellement en Guadeloupe ?
 
Pour la Guadeloupe, nous souhaitons répondre à plusieurs objectifs:
  • Développer la professionnalisation des encadrants pour poursuivre la montée du niveau de nos licenciés jeunes ou adultes,
  • Mettre l’accent sur le développement de la pratique: affiliation et/ou création de nouveaux clubs, actions de promotions du badminton, mise en place de conventions avec le scolaire pour former les enseignants et développer la pratique à l’école,
  • Organiser un entraînement spécifique pour les jeunes détectés, et 
  • Ouvrir les compétitions vers nos voisins de la Caraïbe.
3) Selon vous quel est sa place badminton en Guadeloupe ?
 
Le badminton, discipline plus récente sur le territoire n’est pas encore suffisamment démocratisé; il est indispensable de poursuivre les animations pour faire découvrir notre sport auprès de tous les publics; tant les jeunes en s’appuyant sur les institutions scolaires que les personnes plus âgées en recherche d’activité physique.
 
Le AirBadminton nous permet de nous déployer sur tout le territoire et sans obligation de disposer d’une infrastructure couverte; nous disposons de 3 terrains et avons pu réaliser de nombreuses actions dans les écoles, les centre aérés ou sur les plages; en ces temps de crise sanitaire, les enseignants sont très intéressés par cette nouvelle pratique en extérieur sans risques; cela a également permis de créer un lien entre les participants et les clubs voisins.
La seule réserve se porte sur les conditions météorologiques car il est souhaitable de ne pas être trop exposé au vent.
 
4) Quel est votre point de vue sur le développement de la francophonie à travers le badminton, notamment dans la zone caribéenne ? 
 
Les stages francophones sont un atout considérable pour la Guadeloupe; j’ai accompagné les jeunes sur les 2 derniers stages et ai pu observer leur engouement pendant et surtout après le stage; ils ont bénéficié d’un excellent entraînement qui les a conforté dans leur envie de progresser et sont revenus dans leur club enchantés; par ailleurs cette semaine de partage avec d’autres pays crée des souvenirs inoubliables.
 
Je suis convaincue que nous avons tout à gagner à nous développer vers les pays voisins caribéens; la métropole est géographiquement très éloignée et il est difficile de supporter le coût d’un tel déplacement; nos compétiteurs participent à très peu de compétitions en dehors du département. L’avenir est très certainement vers la Caraïbe.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.